Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Développement du bambou en Malaisie : défis et opportunités

10 avr. 2020

Actuellement, 70 espèces différentes de bambous ont été identifiées en Malaisie. Le Bambusetum de l’Institut de recherche forestière de Malaisie (FRIM), situé sur le campus principal à Kepong, Selangor, possède une collection de 45 espèces de bambou. Il existe environ 16 espèces de bambou pouvant être utilisées à des fins commerciales ; trois espèces en particulier, Gigantochloa scortechinii, Dendrocalamus asper et G. albociliata, jouent un rôle majeur dans la production, respectivement, de revêtements de sol, de charbon et de pousses comestibles.

Le bambou sert également dans l’artisanat, l’ameublement, la construction et même l’agriculture en tant que paniers pour transporter les produits.

Billet de MYScrim-bambuseae

Le FRIM a conduit des recherches sur le bamboo scrimber, un type de bois d’ingénierie. Sa collaboration avec Timtek LLC, une société américaine qui détient le brevet mondial sur la technologie du scrimber a donné le jour à un nouveau matériau dénommé « MYScrim-bambuseae ». L’usage du MYScrim-bambuseae a été validé pour la construction de poutres, de piliers, de fenêtres, de cadres de porte et de planchers.

Outre la production de bois d’œuvre unique, le FRIM développe également des produits innovants, comme du mobilier. Le FRIM a été distingué pour certains de ces produits, notamment pour sa technologie de placage en bambou, qui a reçu la médaille d’or et le prix spécial de créativité et d’innovation au Concours mondial des innovations et des inventions de Corée du Sud (Korea World Invention and Innovation Competition) de 2015.

Utilisation locale du bambou dans la construction

Le climat et les sols fertiles de Malaisie offrent des conditions parfaites pour la culture des bambous tropicaux, l’essor des plantations industrielles et le développement de la chaîne de valeur de cette ressource. Même si ce secteur est actuellement sous-développé, des entrepreneurs tels que M. Mohd Ramadhan Abdul Hamid ont prouvé que le bambou local peut être utilisé de façon commerciale.

  1. Ramadhan a fourni le bambou qui a servi à construire la célèbre PlayHouse de Kuala Lumpur – conçue par l’architecte Eleena Jamil – ainsi qu’un village de bambou unique en son genre situé près de cette même ville (voir photo).
  2. Ramadhan utilise du bambou provenant de la forêt locale, qu’il récolte pendant la saison sèche. Cependant, les conditions météorologiques changeantes ont un impact sur la récolte de cette matière première. Bien que la saison des pluies commence habituellement au mois de mai, elle s’est déclenchée dès janvier lors de l’année 2017. Or, le bambou ne doit pas être récolté pendant la saison des pluies. La dernière récolte de M. Ramadhan ayant eu lieu en décembre 2016, il a été touché de manière inattendue par une pénurie de matières premières cette année-là. Cet évènement a également affecté un certain nombre de communautés dépendantes de cette ressource.

Les défis actuels de l’industrie du bambou en Malaisie

Outre les problèmes posés par la variation des conditions météorologiques, d’autres défis affectent le potentiel de la Malaisie pour développer son industrie du bambou. Selon le FRIM, seules quelques plantations de bambou en Malaisie appartiennent à de petites entreprises privées. La majorité des ressources se trouvent dans les forêts naturelles du pays. La récolte du bambou et d’autres bois nécessite un permis délivré par le gouvernement. Chaque permis coûte 500 MYR (115 USD) et est valable un an ; la quantité de ressources forestières qui peut être récoltée pendant cette période n’est pas déterminée. Afin de commercialiser les produits du bambou, la Malaisie devrait donc établir des politiques spécifiques et des plantations protégées en dehors de ses forêts naturelles. La Malaisie peut, dans ce domaine, suivre l’exemple d’autres plantations de bambou, comme celles de la province d’Anji, en Chine.

Même si des recherches ont mis en évidence le potentiel de la ressource bambou pour générer des moyens de subsistance, des défis demeurent pour attirer des investissements cruciaux. Les obstacles à l’investissement dans l’industrie du bambou comprennent le manque de variété des produits, le manque de matières premières et le manque de chaînes d’approvisionnement.

Pour surmonter ces obstacles, d’autres produits en bambou, tels que la fibre de bambou, peuvent être promus sur le marché intérieur. Ce type de promotion peut accroître la demande locale de produits nouveaux et innovants, encourageant ainsi les investissements nationaux et étrangers. Les investissements peuvent être utilisés pour le développement des chaînes de valeur et des plantations de bambou. La Malaisie est déjà bien connue pour ses plantations de palmiers à huile ; à l’avenir, le pays pourrait coupler un programme de plantations de bambou à ceux des plantations de palmiers des grandes entreprises telles FELDA et FELCRA.

Opportunités actuelles

La Malaisie a déjà fait des efforts pour promouvoir le bambou. En février 2017, le FRIM a signé un protocole d’accord de trois ans avec Kanger International Bhd pour établir une industrie haut de gamme du bambou. Outre le développement de nouveaux produits de valeur, la coopération comprend également la création d’une plantation commerciale de bambou qui pourrait répondre au défi de l’approvisionnement en matières premières. Le réseau de vente international établi de Kanger pourrait également offrir des avantages supplémentaires.

Tous les bambous ne se valent pas

Il est important de noter que tous les exemples de production existants, notamment la grande variété des produits en bambou en Chine, ne peuvent pas forcement être transposables en Malaisie. Le bambou sympodial, que l’on trouve couramment en Malaisie, diffère du bambou monopodial commun en Chine. Les produits tels que les cure-dents sont difficiles à produire avec le bambou sympodial malaisien. Dans le même temps, cette différence pourrait offrir de la place à l’innovation et pourrait permettre à la Malaisie de développer d’autres produits originaux tels que les revêtements de sol en bambou tropical.

Article écrit par: Ann-Cathrin Joest

Article créé avec des contributions de –