Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Les dirigeants mondiaux prennent la parole lors du deuxième Congrès mondial sur le bambou et le rotin

Actualité

Les dirigeants mondiaux prennent la parole lors du deuxième Congrès mondial sur le bambou et le rotin

Guillermo Lasso, Président de l’Équateur, a prononcé l’un des messages de félicitations lors de la Cérémonie d’ouverture du BARC 2022.

Les dirigeants du monde entier ont réaffirmé le rôle important du bambou et du rotin pour une planète plus verte et plus propre.

Le deuxième Congrès mondial sur le bambou et le rotin (BARC 2022) a présenté une liste illustre de chefs d’État et de dirigeants d’agences qui ont adressé leurs félicitations à l’INBAR à l’occasion de son 25e anniversaire. Ce qui suit est un récapitulatif de leurs messages, présentés dans le cadre de la cérémonie d’ouverture du BARC 2022 au 7 novembre. Les messages ont été légèrement modifiés pour plus de clarté et de concision.

À l’occasion du 25e anniversaire de l’Organisation internationale pour le bambou et du rotin (INBAR) et de la tenue du deuxième Congrès mondial sur le bambou et le rotin (BARC 2022), je tiens à vous adresser mes chaleureuses félicitations !

Le bambou et le rotin sont d’importantes ressources forestières renouvelables. Depuis sa création, INBAR s’est engagé dans la préservation, le développement et l’utilisation des ressources en bambou et en rotin, jouant ainsi un rôle constructif dans la promotion de la protection éco-environnementale et du développement durable à l’échelle mondiale. Le Gouvernement chinois et l’INBAR s’associent pour mettre en œuvre l’« Initiative de développement mondial » et lancer conjointement l’Initiative « Le bambou comme substitut au plastique » afin de réduire la pollution plastique dans tous les pays, lutter contre le changement climatique et accélérer la réalisation de l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable.

-Xi Jinping, président de la Chine

 

Membre de l’Organisation depuis 2002, le Cameroun n’a cessé de renforcer sa coopération avec l’INBAR. Un mémorandum d’entente sur le développement durable du bambou et du rotin dans une économie moderne et verte a été signé en 2013. Par ailleurs, ma visite au siège de l’INBAR en 2018 a révélé le potentiel important du bambou et du rotin demeuré sous exploité dans mon pays. Aujourd’hui, le bambou et le rotin contribuent à la Stratégie nationale de développement (SDN30) du Cameroun, notamment à travers la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté.

Le Cameroun est fier d’assurer la Présidence du Conseil de l’INBAR pour la période 2019-2022 et d’abriter le Bureau régional pour l’Afrique centrale de l’Organisation depuis 2019. Notre coopération a permis la mise en place du Centre commun de production et de formation pour la région de l’Afrique Centrale à Yaoundé. Dans ce cadre, près de 12 000 jeunes ont été formés à la transformation du bambou et du rotin en étroite résonance avec notre politique d’import-substitution.

-Paul Biya, président du Cameroun

 

L’Équateur a eu l’honneur d’être membre de l’INBAR depuis 1999 et d’héberger son Bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes à Quito. Cela nous a permis d’exercer un leadership régional actif et de nous aligner sur plusieurs des 17 objectifs de développement durable. Parmi eux figurent l’éradication de la pauvreté, l’accès à un logement convenable, et la restauration des écosystèmes terrestres.

En 2016, lorsque notre pays a été touché par un tremblement de terre, nous avons été témoins des propriétés étonnantes du bambou en tant qu’acier végétal. Sur cette base, nous avons lancé l’École-atelier pour la construction durable avec le bambou, avec le soutien de l’INBAR et de la Coopération espagnole. De même, avec le Gouvernement chinois, l’un de nos alliés stratégiques, nous cherchons à renforcer la coopération sur l’ensemble de la chaîne du bambou, ce que nous avons réaffirmé à Pékin il y a quelques mois.

-Guillermo Lasso, président de l’Équateur

 

L’Éthiopie, qui possède les plus grandes ressources de bambou en Afrique, a rejoint l’INBAR en 2002, dans le but de partager des expériences, des meilleures pratiques et un renforcement des capacités dans l’utilisation de ses ressources. L’Éthiopie a pleinement participé aux activités de l’INBAR et continuera de jouer son rôle pour renforcer et rendre l’Organisation plus efficace et efficiente. Le fait que de plus en plus de pays rejoignent l’INBAR est une évolution gratifiante.

L’Éthiopie est le pays hôte du Bureau régional de l’INBAR pour l’Afrique de l’Est depuis 2009 et collabore avec l’INBAR sur un certain nombre de projets visant à stimuler le secteur du bambou du pays depuis 2005. Le pays possède d’importantes ressources en bambou inexploitées et est également une plaque tournante pour la formation et le partage des connaissances sur le bambou dans la région. Le Gouvernement éthiopien est reconnaissant au Gouvernement de la République populaire de Chine et à son président pour l’opportunité donnée à l’Éthiopie d’établir le Centre du bambou Chine-Afrique et reste déterminé à accélérer la construction pour le rendre fonctionnel dès que possible.

-Sahle-Work Zewde, présidente de l’Éthiopie

 

Le bambou et le rotin offrent de nombreux avantages socio-économiques et environnementaux qui peuvent soutenir l’éradication de la pauvreté et le développement économique, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique et la protection de l’environnement.

Depuis sa création, l’INBAR a connu une augmentation constante du nombre de ses membres et de sa collaboration avec les entités des Nations Unies, y compris avec mon département, le « Département des affaires économiques et sociales (ONU-DAES) » ‘United Nations Development of Economic and Social Affairs (UN DESA)’, en tant qu’observateur des travaux des trois Conventions de Rio et de l’Assemblée générale des Nations Unies, et un contributeur actif aux travaux du Forum des Nations Unies sur les forêts. Nous saluons les efforts et la collaboration de l’INBAR pour faire avancer le programme de développement durable.

-Li Junhua, secrétaire général adjoint du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (UN DESA)

 

La FAO est un partenaire proche de votre Organisation depuis sa création, et notre collaboration n’a cessé de croître au fil des ans. Nous avons travaillé main dans la main sur des évaluations nationales, régionales et mondiales des ressources en bambou et en rotin.

Ensemble, nous travaillons sur des programmes conjoints pour aborder la sécurité alimentaire, l’amélioration des moyens de subsistance, la résilience climatique, la bioénergie durable et la restauration des écosystèmes. La FAO s’engage à continuer à soutenir et à promouvoir la gestion et l’utilisation durables du bambou et du rotin. Je vous souhaite un congrès réussi.

-Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

 

Tous ceux qui le savent peuvent voir que le bambou et le rotin ont une croissance rapide et sont résistants. Ils fournissent un couvert forestier et fournissent des moyens de subsistance. Les produits en bambou réduisent la demande de bois. Ils fournissent des fibres et du carburant. Nous pouvons même remplacer les matériaux de construction à fortes émissions comme l’acier et le béton par des produits en bambou.

L’« Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) » ‘United Nations Industrial Development Organization (UNIDO)’ soutient l’INBAR depuis 1997 et, après notre nouvel Accord de relation l’année dernière, nous envisageons de renforcer la coopération : Travailler ensemble dans le domaine des économies circulaires, de l’agriculture régénératrice et les clusters industriels, le transfert de technologies et de connaissances Sud-Sud, et à utiliser nos réseaux mondiaux pour partager les meilleures pratiques entre l’industrie, les décideurs politiques et les investisseurs. L’ONUDI continuera à soutenir l’INBAR dans l’utilisation du bambou comme solution basée sur la nature pour le développement durable.

– Gerd Müller, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI)

 

Depuis le lancement officiel de l’INBAR en 1997, le « Fonds international de développement agricole (FIDA) » ‘International Fund for Agricultural Development (IFAD)’ a accordé des subventions pour soutenir ses activités. Celles-ci ont conduit à la création de nouvelles entreprises et de coopératives locales qui génèrent des revenus à partir du bambou. Nous avons amélioré les moyens de subsistance de millions de personnes en créant des opportunités d’emploi pour les femmes et les jeunes, en améliorant la sécurité alimentaire et en restaurant les terres dégradées dans des pays comme l’Inde, l’Éthiopie et l’Équateur.

Par conséquent, mon engagement en tant que Président du FIDA est de continuer à défendre la cause des marginalisés par la création d’emplois décents et rémunérateurs, de placer les questions climatiques au premier plan de notre travail, de renforcer les partenariats avec le secteur privé et de rester concentré sur notre mission de transformer les économies rurales. Nous sommes impatients à la perspective de renforcer davantage le partenariat pour la transformation rurale avec l’INBAR en utilisant divers moyens, y compris la « Coopération Sud-Sud et triangulaire (CSST) » ‘South-South and Triangular Cooperation (SSTC)’, pour faciliter le partage et l’échange de connaissances en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

– Alvaro Lario, président du Fonds international de développement agricole (FIDA)

Ces messages réaffirment non seulement le mandat mondial d’INBAR d’aider le monde à atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies en utilisant les solutions basées sur la nature du bambou et du rotin, mais également ils galvanisent le soutien public et privé à la lutte contre le changement climatique, à la sauvegarde de l’environnement et à la défense des pauvres des zones rurales.

Des versions complètes non éditées des messages VIP sont disponibles sur la chaîne YouTube officielle d’INBAR.