L'Organisation internationale du bambou et du rotin

L'Organisation internationale du bambou et du rotin

L’Évaluation mondiale du bambou et du rotin

Comment l'INBAR informe le développement durable avec le bambou et le rotin.

Introduction de l’évaluation mondiale du bambou et du rotin pour le développement vert (GABAR)

Introduction de l’évaluation mondiale du bambou et du rotin pour le développement vert (GABAR)

NOUS AVONS UN BESOIN URGENT DE METTRE A JOUR NOS INFORMATIONS SUR LE BAMBOU ET LE ROTIN.

 

NOUS AVONS UN BESOIN URGENT DE METTRE A JOUR NOS INFORMATIONS SUR LE BAMBOU ET LE ROTIN.
Il existe 1642 espèces de bambou et 631 espèces de rotin, chacune avec des propriétés et des utilisations potentielles particulières. Elles répondent à des besoins locaux ou régionaux très différents dans les pays où elles se développent, mais font également face à de multiples menaces.
Pour tirer le meilleur parti du bambou et du rotin, nous avons besoin de données fiables : quelles sont les différentes espèces et leurs propriétés respectives ? quelle est leur répartition ? comment sont gérées les ressources ? quels sont les principaux défis ? les opportunités ?
Les données existantes sur le bambou et le rotin dans le monde sont de plus en plus obsolètes et aucune analyse sur ces ressources n’est actuellement en cours au niveau mondial. La dernière publication de données complète a été faite en 2003. De plus, les informations disponibles ne sont pas toujours confirmées par des recherches sur le terrain, ce qui signifie qu'elles peuvent ne pas refléter la situation écologique réelle.

QU’EST-CE QUE L’ÉVALUATION MONDIALE DU BAMBOU ET DU ROTIN (GABAR) ?

 

L’Évaluation mondiale du bambou et du rotin pour le développement vert (GABAR) est la première analyse complète de ce type. Son objectif est de maximiser la contribution du bambou et du rotin au développement économique national et à la protection de l’environnement. Ces actions donneront des informations qui pourront servir à guider les politiques, les stratégies de développement et d’investissement dans les États membres de l'INBAR :

  • fournir de meilleures informations sur les ressources en bambou et en rotin et sur le développement de ces ressources.

  • montrer comment le bambou et le rotin peuvent contribuer à l'atténuation du changement climatique, à l'adaptation, à la conservation de la biodiversité, aux énergies renouvelables et au développement économique durable;

  • établir un réseau solide de partage des connaissances pour échanger les informations et profiter du bénéfice de l’expérience ;

  • offrir aux donateurs et aux investisseurs privés des opportunités de participer au secteur du bambou

LES PRODUITS ET LES SERVICES DU GABAR

 

L’Évaluation mondiale du bambou et du rotin (GABAR) a pour mission de :

  • fournir des méthodologies pour des analyses complètes des espèces de bambou et de rotin, de leur disponibilité, des opportunités et des défis pour le développement de ces ressources, en particulier dans les pays du Sud.

  • créer une base de données sur le bambou et le rotin, comportant le type, la disponibilité, l'emplacement, la gestion et les utilisations et technologies potentielles.

  • produire des cartes de répartition des ressources

  • d’établir des profils nationaux mettant en lumière la contribution du bambou et du rotin au développement socio-économique, à l'atténuation des effets du changement climatique et à l'adaptation à ceux-ci, à la conservation de la biodiversité et à la production d'énergie en milieu rural

  • recommander des politiques et des stratégies pour une gestion et une utilisation efficaces dans les initiatives de développement, de biodiversité et de climat

  • produire une boîte à outils de rapports, d’études, d’outils et de données utiles et utilisables pour les États membres

  • répondre aux questions politiques clés considérées comme importantes pour les parties prenantes de l'INBAR

QUE PEUVENT FAIRE LES MEMBRES ?

 

L’implication des membres de l’INBAR est centrale pour le succès de l’Évaluation mondiale du bambou et du rotin (GABAR). En effet, les membres peuvent contribuer à l’évaluation en exposant ce qu’ils ont incorporé dans leurs budgets nationaux pour les plantations forestières et la gestion durable des forêts, le contrôle de l’érosion des sols et la restauration des terres, l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets et autres lignes budgétaires pertinentes ainsi que les fonds qui pourraient être alloués à la gestion et le développement durable du bambou et du rotin. Le projet prend de la vitesse. Un certain nombre de gouvernements ont déjà exprimé leur intérêt et leur soutien pour le programme, notamment :

  • LA CHINE :

    L'administration d’État des forêts et des prairies de Chine (NFGA) s'est engagée à prendre en charge l'inventaire et l'évaluation des ressources en Chine et a affecté 3 millions USD à cette tâche.

  • L’ÉTHIOPIE :

    Le ministère éthiopien de l'Agriculture utilisera son Programme de gestion durable des terres pour évaluer le potentiel du bambou pour la régénération des terres. Parallèlement, il lancera un programme national sur le bambou.

  • CAMEROUN :

    Le Cameroun a affecté 1 million USD de ses fonds nationaux du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) à la restauration des terres grâce au bambou.

  • MADAGASCAR :

    Madagascar a alloué un financement national de 4 millions USD à la régénération des terres par le bambou, dans le cadre des priorités nationales du FEM.

  • L’INDONÉSIE :

    le ministère de l'Environnement et des Forêts indonésien a exprimé son soutien au projet d’inventaire des ressources en rotin, et planifie d’autres inventaires des ressources, l'établissement de plantations, des séminaires et des ateliers.

  • LE BRÉSIL :

    le ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation du Brésil accomplit plusieurs activités liées au bambou pour un budget total de plus de 3,5 millions USD.