Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Commerce international du bambou et du rotin : les principaux points à retenir

7 Jan 2020

Les dernières statistiques commerciales montrent que les exportations de bambou et de rotin continuent de bénéficier à de nombreuses personnes dans le monde.

En 2019, l’INBAR a produit deux rapports sur la base d’une analyse des données commerciales : l’un cartographie le commerce international des produits en bambou et en rotin, et l’autre se concentre spécifiquement sur la Chine. Les deux rapports sont disponibles gratuitement sur la bibliothèque en ligne de l’INBAR. Les principaux points à retenir sont les suivants :

Avec un secteur évalué à 39 milliards USD en 2018, la Chine est incontestablement le plus grand producteur mondial de produits en bambou et en rotin. Cependant, la Chine est loin d’être le seul pays à bénéficier de ces ressources naturelles : le rapport de l’INBAR identifie un grand nombre de pays qui commercialisent ces produits. Les principaux exportateurs sont l’UE, l’Indonésie, le Vietnam, les États-Unis, les Philippines et la Thaïlande.

Les chiffres du commerce international ne peuvent donner qu’une image incomplète du commerce du bambou et du rotin. La Chine en est un bon exemple : les exportations ont représenté 2,2 milliards de dollars en 2018, soit seulement 5 % de la valeur commerciale globale du secteur. La grande majorité du commerce du bambou et du rotin se fait encore à l’intérieur des pays.

Planchers, panneaux, revêtements, etc. : les produits à base de bambou et de rotin continuent de croître en variété et les produits industriels hautement transformés représentent une part de plus en plus importante des exportations internationales.

Les meubles et articles tissés en bambou et en rotin continuent d’être échangés en grandes quantités. Les produits en bambou tressé représentent la plus grande proportion des exportations mondiales, pour une valeur estimée à 380 millions USD en 2017. Les pousses de bambou, un mets apprécié dans de nombreux pays asiatiques, continuent également d’être exportées en vrac.

En raison de leur ressemblance avec les produits en bois, il est probable qu’une grande partie du commerce international des produits en bambou et en rotin soit mal classée dans le Système harmonisé de désignation et de codification des marchandises de l’ONU (SH). Les pays disposant d’un plus large éventail de codes et d’une capacité accrue à identifier les produits en bambou et en rotin montrent que les résultats réels pourraient être beaucoup plus élevés : les données fournies par les douanes chinoises à elles seules ajoutent plus d’un milliard de dollars US au résultat de l’exportation totale de bambou et de rotin, ce qui porte la valeur des exportations mondiales à plus de 2,7 milliards USD en 2017.

Fin 2018, les 44 États membres que compte l’INBAR représentait 86 % des exportations mondiales de produits en bambou et en rotin. Beaucoup des États membres de l’INBAR utilisent le bambou et le rotin depuis très longtemps et possèdent des ressources locales abondantes. Par ailleurs, les marchés nord-américain et européen échangent désormais de plus en plus de produits en bambou et en rotin.

Le bambou et le rotin peuvent être des outils naturels pour lutter contre certains des défis les plus pressants du XXIe siècle. Ils fournissent des services écosystémiques importants, ainsi qu’une source essentielle de revenus à certaines des communautés rurales les plus pauvres au monde. De plus en plus, les produits en bambou d’ingénierie fournissent également une solution durable et base en carbone dans la lutte contre le changement climatique.

Les résultats du commerce international du bambou et du rotin constituent un indicateur crucial pour appréhender le développement du secteur du bambou et du rotin, mais il subsiste plusieurs lacunes importantes dans la connaissance que nous en avons. Dans ces rapports, l’INBAR identifie un certain nombre de façons d’améliorer le contrôle du commerce international du bambou et du rotin. Le système SH de l’ONU, en particulier, doit être révisé pour permettre un meilleur contrôle des produits en bambou et en rotin. De grands pas ont déjà été faits dans cette voie. Avant 2007, il n’y avait que 10 codes SH pour identifier les produits en bambou et en rotin ; avec les efforts de l’INBAR, des douanes chinoises et de l’Organisation mondiale des douanes, 14 nouveaux codes pour le bambou et le rotin sont entrés en vigueur depuis 2007. En 2018, on comptait un total de 24 codes SH pour le bambou et le rotin. La transparence est désormais plus grande sur ce secteur.

Aperçu du commerce 2017 : Les produits en bambou et en rotin sur le marché international peut être téléchargés en anglais (ici) et en chinois (ici).

Aperçu du commerce 2018 : les produits en bambou et en rotin en Chine peut être téléchargés en anglais (ici) et en chinois (ici).

INBAR gère une base de données commerciale en ligne où les utilisateurs peuvent accéder aux informations sur les importations et les exportations de divers produits en bambou et en rotin, en fonction de leur code / type de produit / année / zone / pays / partenaire commercial et nomenclature du SH.