Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

La conférence des Nations Unies sur la biodiversité se termine par un accord majeur

Actualité

La conférence des Nations Unies sur la biodiversité se termine par un accord majeur

Le nouveau cadre pour la biodiversité destinée à intensifier radicalement les actions de l’humanité pour sauvegarder la planète, avec INBAR, prête à jouer un rôle actif.

Le monde vient de faire un pas important vers la protection de la biodiversité de la planète.

Le 19 décembre 2022, les membres de la quinzième Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB COP15) ont annoncé l’adoption du Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming – Montréal. Ce cadre servira de plan directeur mondial pour la prochaine décennie de conservation et de gestion de la biodiversité, en s’appuyant sur les plans de biodiversité antérieurs. Ses mesures visent à stabiliser et à inverser la perte accélérée de la biodiversité et à renforcer notre capacité à protéger la nature.

Ce cadre comprenait l’objectif « 30 par 30 », qui fait référence à l’objectif crucial de protéger 30 % des terres et des océans de la planète d’ici à 2030. Le cadre comprend également une série de mesures ambitieuses telles que la mobilisation de 200 milliards de dollars par an de financement pour la conservation de la biodiversité d’ici 2030 et la réduction de 500 milliards de dollars de subventions pour les actions qui nuisent à la biodiversité.

La pandémie de COVID-19 a retardé les négociations pour le nouveau cadre, obligeant les organisateurs à scinder la réunion en deux parties. La première partie de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité s’est tenue à Kunming, en Chine, en 2021, où l’INBAR, en tant qu’observateur aux trois Conventions de Rio, avait une forte présence, envoyant plusieurs délégués aux délibérations.

Borja De La Peña, Responsable de la politique mondiale d’INBAR, lors d’une interview à Kunming pendant la première partie de la COP15 de la CDB.

La deuxième partie s’est tenue du 7 décembre 2022 au 19 décembre 2022 à Montréal, au Canada. Étaient présents Pablo Jácome, Directeur régional de l’INBAR pour la région Amérique latine et Caraïbes, ainsi que Pablo Izquierdo, Responsable technique de l’INBAR. À Montréal, l’INBAR a prononcé une déclaration lors de la séance plénière présentielle, a participé à un événement parallèle hybride organisé par le Centre international pour le bambou et le rotin (ICBR) et a tenu un stand sur le site de la conférence.

Déclaration de l’INBAR – Le bambou pour la santé environnementale et la substitution au plastique

Jácome a prononcé la déclaration de l’INBAR lors de la séance plénière de haut niveau au nom du Directeur général de l’INBAR, Ali Mchumo, qui n’a pas pu y assister en personne.

Pablo Jácome, Directeur régional de l’INBAR pour la région Amérique latine et Caraïbes, a prononcé la déclaration lors d’une session plénière.

Dans son discours, il a souligné que le bambou et le rotin sont des ressources essentielles pour les communautés du monde entier. Mais au-delà de cela, ils sont vitaux pour le maintien de la biodiversité planétaire, avec de nombreux animaux emblématiques tirant leur nourriture et leur abri de ces plantes, comme les pandas géants, les gorilles, les lémuriens et d’autres organismes moins connus.

Le bambou et le rotin présentent des qualités exceptionnelles qui sont essentielles pour assurer la santé des écosystèmes et en font des solutions précieuses basées sur la nature. Ils poussent rapidement sur les sols inclinés et dégradés, et n’ont pas besoin d’entrer en concurrence avec d’autres cultures rentables pour les terres. En plus de séquestrer plus de carbone que le sapin de Chine, ils peuvent être utilisés pour une gamme diversifiée de produits qui capte le carbone tout au long de la durée de vie du produit. Ces qualités, et bien d’autres encore, en font un outil idéal pour répondre non seulement à la crise imminente de la biodiversité, mais aussi aux défis de déforestation, de pollution, de changement climatique et de pauvreté.

Pour développer ces ressources, l’INBAR et le Gouvernement chinois ont lancé conjointement l’Initiative « Le bambou comme substitut au plastique ». Cette Initiative aidera les États membres et les partenaires de l’INBAR à reconceptualiser radicalement le rôle que le bambou peut jouer en tant que matériau alternatif vert, atténuant la pollution plastique tout en contribuant à d’autres objectifs environnementaux.

Compte tenu de l’aspect pratique et du caractère réalisable des solutions d’INBAR, le moment est venu de les adopter et de les soutenir à l’échelle mondiale. Comme mentionné à la fin de la déclaration, l’INBAR fait désormais « appel à davantage de ressources financières pour que nos membres puissent continuer à mettre en œuvre des solutions pratiques utilisant le bambou et le rotin qui contribuent directement au cadre mondial de la biodiversité post-2020 ».

Le bambou et le rotin – « l’or vert » pour ainsi dire- sont prêts à se joindre à la lutte pour rendre le monde meilleur pour nos générations actuelles et futures.

Evénement parallèle de l’ICBR – La nature entrelacée entre la diversité des forêts de bambous, le stockage du carbone et le changement climatique

Dans le cadre de la conférence des Nations Unies sur la biodiversité, l’ICBR a organisé un événement parallèle hybride sur la Biodiversité des forêts de bambou, le complexe écologique et économique et les puits de carbone, où les participants se sont réunis pour discuter de l’interaction entre le bambou, le rotin et la biodiversité.

Cet événement parallèle a porté sur la présentation des caractéristiques et des principales fonctions des forêts de bambous dans les écosystèmes, ainsi que sur la valeur de la biodiversité des forêts de bambous, accroître la sensibilisation à la valeur de la croissance, de l’utilisation et de la biodiversité des forêts de bambous, et sur l’expansion de l’influence de la recherche sur les forêts de bambous dans le monde entier.

Le Directeur adjoint de l’INBAR, Lu Wenming, a parlé des avantages multifonctionnels du bambou et du rotin.

Dans son discours d’ouverture, le Directeur adjoint de l’INBAR, Lu Wenming, a indiqué que le bambou contribue à de nombreux Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et qu’il est particulièrement important pour atteindre les ODD 1, 12 et 15. Il a également fait remarquer que le bambou et le rotin sont des ressources idéales pour l’intégration dans les plans et programmes stratégiques nationaux, capables d’offrir une multitude d’avantages aux acteurs multipartites.

En guise d’exhortation finale, il a invité les panélistes à examiner les lacunes des secteurs du bambou et du rotin, des déficiences en matière de connaissances, de compétences et de technologies aux environnements politiques flous ou des capacités sous-utilisées, et à « orienter » les discussions de manière à combler ces lacunes pour le bien de l’humanité et de la planète.

Une série de sujets spécifiques ont été explorés au cours de la session de 90 minutes : biodiversité, biogéographie, conservation, développement durable, ressources en germoplasme, restauration biocentrique, conservation du panda, agroforesterie, séquestration du carbone des forêts de bambou, etc.

Stand INBAR – Accueillir les amis, anciens et nouveaux, pour découvrir le bambou et le rotin comme des solutions basées sur la nature.

Enfin, l’INBAR a tenu un stand sur le site de la conférence. Le stand a attiré l’attention sur le fait qu’INBAR, en tant qu’organisation intergouvernementale pour le développement durable, s’efforce continuellement de respecter les traités environnementaux multilatéraux et de libérer le plein potentiel du bambou et du rotin pour les écosystèmes terrestres et la conservation de l’environnement.

Le stand a également souligné les contributions majeures du bambou et du rotin au maintien de la santé de notre planète ainsi que de l’engagement des États membres de l’INBAR à utiliser le bambou pour restaurer 5,7 millions d’hectares de terres dans le monde.

 

INBAR cherche à protéger les écosystèmes terrestres et les espèces animales qui les composent. Les forêts de bambous fournissent des services écosystémiques clés comme la restauration des paysages, le contrôle des glissements de terrain et de l’érosion des sols, ainsi que la séquestration et le stockage du carbone. Dans le même temps, de nombreuses espèces dépendent du bambou et du rotin pour se nourrir et s’abriter, jouant ainsi un rôle clé dans la conservation de la biodiversité, la préservation des habitats et l’approvisionnement en nourriture et en fourrage.

Le stand a finalement été une attraction majeure, accueillant d’éminents visiteurs du monde entier curieux d’en savoir plus sur le travail d’INBAR faisant la promotion du bambou et du rotin pour assurer un avenir positif de la biodiversité.

Conclusion

Une crise de la biodiversité et l’évolution rapide du climat exigent une action multilatérale profonde et de grande envergure entre les gouvernements, les universitaires, le secteur privé, les communautés locales et plus encore. L’ensemble de notre réponse, y compris notre capacité à mobiliser les ressources nécessaires pour la soutenir, façonnera le cours du développement humain.

L’adoption du Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming – Montréal nous donne un nouvel espoir pour la prochaine décennie de politiques. Il s’agit d’une étape importante pour repenser et reforger notre relation avec la planète, ce qui constitue un élément essentiel de notre réponse aux défis de portée mondiale.

INBAR est fier de se lever avec le monde pour relever ces défis.