Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

cloclo

L’atelier de formation sur le développement durable du bambou en Guyane s’achève

Actualité

L’atelier de formation sur le développement durable du bambou en Guyane s’achève

guyana closing ceremony

Les participants à la formation en Guyane présentent leurs produits en bambou nouvellement achevés.

Une formation collaborative de 15 jours entre l’INBAR, la Chine et la Guyane montre la voie à suivre pour utiliser le bambou pour promouvoir le développement durable en Guyane.

Située dans le nord de l’Amérique du Sud, la République coopérative de Guyane est connue pour ses forêts tropicales luxuriantes et ses riches ressources naturelles. Le territoire abrite plus de 40 espèces de bambous dont la grande majorité reste inexploitée. Du 15 au 29 août, l’atelier de formation sur le développement durable du bambou a été organisé par l’INBAR, la Chine et la Guyane pour aborder ce domaine négligé, non seulement pour célébrer 50 ans d’amitié entre la Chine et la Guyane, mais aussi pour fournir aux stagiaires des connaissances et des compétences nécessaires à la promotion du développement durable du pays.

Les connaissances théoriques et les compétences pratiques ont été intégrées au programme de formation. La partie théorique de la formation a présenté les espèces de bambou poussant en Guyane, l’état de développement de l’industrie chinoise du bambou, les politiques efficaces de développement du secteur chinois du bambou, les leçons tirées du cas du comté d’Anji dans la province du Zhejiang, en Chine, qui utilise pleinement la biomasse de bambou dans le développement des clusters de bambou, et les directives générales pour la gestion et l’utilisation durable des ressources en bambou. La partie pratique de la formation s’est concentrée sur l’identification des critères de sélection et de récolte du bambou, les techniques de base du tissage du bambou pour l’artisanat et d’autres applications, l’introduction d’outils et d’équipements utilisés dans le tissage du bambou, le détail des étapes de traitement et de préparation des lamelles de bambou, et la production de trois produits simples en bambou tissé. La partie pratique a été menée à la fois en ligne par des maîtres tisseurs chinois et en personne par des maîtres du bambou équatoriens qui avaient précédemment participé à un atelier de formation technique en Équateur en 2019 organisé par le Ministère chinois du commerce.

La formation comportait à la fois des instructions en ligne et sur site.

Soixante participants ont rejoint la formation en ligne, tandis que 30 participants se sont joints à la fois en ligne et hors ligne. Les participants ont été sélectionnés dans chacune des 10 régions de la Guyane, en particulier parmi les représentants des tribus autochtones.

La présentation du Dr Fei Benhua sur l’industrie chinoise du bambou et l’introduction du Professeur Lu Wenming sur les politiques chinoises de développement du bambou ont aidé à élucider le grand potentiel du développement du bambou dans le développement rural et pour la conservation de l’écologie locale. Il a été noté l’absence de technologies pertinentes et d’un environnement politique favorable pour soutenir la croissance de l’industrie du bambou en Guyane. La séance de questions – réponses de suivi a été marquée par une participation vigoureuse, avec des discussions principalement centrées sur la manière de développer le secteur dans un contexte où il n’y avait pas de base solide pour la croissance. Les participants ont été ravis d’apprendre des deux experts que des technologies et des modèles politiques d’entrées de gamme sont disponibles et peuvent être partagés avec la Guyane pour répondre aux besoins.

Grâce à la présentation détaillée du Dr Ximena Londono, les participants ont appris non seulement les ressources indigènes en bambou de la Guyane, mais également leur emplacement. Elle a également décrit l’utilisation traditionnelle du bambou par les ethnies locales. Cette présentation a donné à chacun des participants la connaissance et la confiance que leur pays abrite une riche biodiversité de bambous, dont certaines espèces clés sont adaptées pour ajouter de la valeur dans les projets de développement. Pourtant, il existe toujours un réel besoin d’assistance pour mener des recherches pertinentes et lancer des projets pilotes.

Le professeur Yang Yuming a présenté les caractéristiques morphologiques des espèces tropicales de bambou touffeté et a largement parlé des espèces commercialement viables de bambou touffeté dans les régions tropicales. Il a également expliqué aux participants les technologies spécifiques de culture et de gestion.

Le professeur Wang Lei a présenté les principales expériences et leçons tirées de l’étude de cas du comté d’Anji, province de Zhejiang, en Chine. Le développement de la chaîne d’approvisionnement en bambou de la région sert de modèle de croissance pour les régions en démarrage qui s’engagent dans le développement du bambou.

Les participants ont appris les techniques de base de la vannerie de paniers en bambou.

Les participants ont été surpris par les réalisations d’Anji et curieux de son rôle dans l’industrie nationale du bambou en Chine. Certains participants se sont particulièrement intéressés à l’industrie de transformation des pousses de bambou et ont exprimé leur volonté d’en savoir plus.

La partie pratique de la formation comprenait une session en ligne de 3 jours et une session hors ligne de 10 jours. Maître Chen Yunhua a donné deux présentations sur l’artisanat de tissage de bambou et son application dans la vie moderne. Il a également enseigné méticuleusement les techniques de base du tissage du bambou. Ses présentations comprenaient des diaporamas et une visite virtuelle de son musée.

À la fin de la formation, les participants étaient définitivement satisfaits du résultat final. Les stagiaires ont préparé une exposition de leurs produits finaux tissés en bambou, qui ont été présentés lors de la cérémonie de clôture. Tous les stagiaires ont reçu un certificat à la fin de la cérémonie. Par la suite, les intervenants ont fait des commentaires sur le grand succès retentissant de l’événement collaboratif.

Maleka Russel, une étudiante d’une université locale avait ceci à dire :

Je viens de Kwakwani, une communauté autochtone de Guyane. Nous travaillons beaucoup avec différents matériaux, mais le bambou est nouveau pour nous. C’est une chose avec laquelle nous espérons travailler davantage. Merci beaucoup pour la formation. J’ai beaucoup appris, tellement beaucoup. Je suis tellement heureuse que vous nous ayez aidés à fabriquer de beaux produits tissés en bambou afin que nous puissions gagner plus d’argent à l’avenir. Nous espérons avoir plus de formation avec vous, et espérons devenir des maîtres un jour, tout comme vous.

Debbie Argyle, une autre participante locale, a fait remarquer que :

Je suis Debbie Argyle de la zone quatre. Je suis de l’école des femmes de Mahaica. La raison pour laquelle j’ai suivi ce cours est d’acquérir plus de connaissances car je suis également enseignante d’artisanat. Vous savez, nous essayons de rattraper le temps avec de l’artisanat enseignés ici afin de pouvoir transmettre les connaissances à d’autres femmes. Je suis très reconnaissante pour cet artisanat du bambou que vous nous avez appris. Au nom du groupe, je vous dis merci beaucoup de nous avoir enseigné cet artisanat du bambou aujourd’hui.

Les invités d’honneur présents à l’événement ont également partagé des mots inspirants. S.E. Guo Haiyan, Ambassadrice de Chine en Guyane, a exprimé ses remerciements à l’INBAR pour son soutien et à tous les maîtres pour leurs conseils tout au long de la formation, ajoutant que « le tissage du bambou, le logement, le mobilier ont tous un grand potentiel dans ce pays. J’attends avec impatience une plus grande coopération avec la Guyane et l’INBAR pour transformer cette possibilité en réalité et apporter plus d’avantages à la population ».

S.E. Ali Mchumo, Directeur général de l’INBAR, a également partagé un message d’un avenir radieux :

Les participants ont déclaré qu’ils transmettraient ces connaissances et les diffuseraient à leurs camarades chez eux. Nous sommes convaincus qu’ils seront en mesure de le faire car ce que nous avons vu les participants faire ici est vraiment impressionnant et profond.

L’utilisation du bambou dans le développement national peut, entre autres, résoudre les problèmes de dégradation de l’environnement et de changement climatique. Vous avez été formés à la production d’articles qui pourraient être utiles aux efforts de réduction de la pauvreté qui profitent aux populations locales du pays, en particulier aux femmes et aux jeunes. Nous attendons vraiment avec impatience ce qui va suivre.

Il a également évoqué le rôle potentiel des producteurs locaux dans l’initiative mondiale visant à substituer les plastiques par le bambou :

La Chine coopère actuellement avec l’INBAR pour lancer une initiative visant à remplacer les plastiques vers la fin de l’année – l’Initiative de Substitution des Plastiques par le Bambou. Les plastiques sont une malédiction pour l’environnement, mais le bambou offre une solution basée sur la nature au problème. Les producteurs du bambou des pays en développement disposent donc d’un très bon marché pour le bambou, et l’initiative pourrait aider les producteurs guyanais dans les années à venir.

La cérémonie de clôture s’est déroulée en présence de S.E. Guo Haiyan, Ambassadrice de Chine en Guyane ; Hon. Nigel Dharamlall, Ministre des collectivités locales et du développement régional de la Guyane ; S.E. Ali Mchumo, Directeur général de l’INBAR ; Directeur adjoint de l’INBAR, Professeur Lu Wenming ; Pablo Jácome Estrella, Directeur régional du Bureau pour l’Amérique latine et Caraïbes ; et autres luminaires.

De gauche à droite : Prof. Lu, Directeur adjoint de l’INBAR ; S.E. Ali Mchumo, Directeur de l’INBAR ; Jin Wei, Responsable du renforcement des capacités de l’INBAR.

De gauche à droite : M. Hu Hanming, Conseiller économique et commercial de l’Ambassade ; S.E. Guo Haiyan, Ambassadrice de Chine en Guyane ; Hon. Nigel Dharamlall, Ministre des collectivités locales et du développement régional de la Guyane.

 

En savoir plus sur la formation, consultez le site Web du Gouvernement de la Guyane ici.

Regardez la vidéo de la couverture médiatique guyanaise ici.