Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

PARTENARIAT ENTRE FAO ET INBAR

Actualité

PARTENARIAT ENTRE FAO ET INBAR

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Organisation internationale du bambou et du rotin intensifieront leurs efforts pour apporter des avantages aux populations rurales pauvres, à l’action climatique et à la biodiversité.

18 novembre 2020 – L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation internationale du bambou et du rotin (INBAR) ont signé un protocole d’accord, lançant un partenariat de cinq ans pour promouvoir l’utilisation du bambou et du rotin pour le développement durable.

Le nouveau partenariat vise à intensifier les travaux sur un certain nombre d’objectifs communs, tels que l’utilisation du bambou et du rotin pour contribuer à la sécurité alimentaire, à la génération de revenus, à la restauration de la biodiversité et à l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. S’exprimant lors de la cérémonie de signature le 18 novembre, le Dr. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, a déclaré que le partenariat offrirait «plus de perspectives pour générer, échanger et partager des connaissances clés, des produits et technologies innovantes, ainsi que des données et des informations relatives au bambou et rotin.»

Le bambou, la plante herbacée polyvalente à croissance rapide, et le rotin, le palmier grimpant épineux, poussent dans les régions subtropicales et tropicales d’Afrique, d’Asie et des Amériques et peuvent être une source importante de nourriture, de combustibles et de produits pour les communautés rurales. Le Dr. Qu a souligné que «Parmi [les membres de la FAO], 117 sont des pays en voie de développement dans les régions subtropicales et tropicales. Alors vous pouvez imaginer… Il y a un grand potentiel pour le bambou. Bamboo sera l’un des «arbres économiques» les plus rapides pour aider ces membres.»

De gauche à droite: Professeur Jiang Zehui, Coprésidente du Conseil d’Administration de l’INBAR; M. Ali Mchumo, Directeur Général de l’INBAR, signant le mémorandum; Dr. Qu Dongyu, Directeur Général de la FAO.

Le partenariat est particulièrement significatif, selon la Coprésidente du Conseil d’Administration de l’INBAR, la professeur Jiang Zehui, car «l’Afrique et l’Asie du Sud sont les deux régions qui font le plus face au problème le plus grave de la sécurité alimentaire, alors que de l’ autre côté, elles ont des ressources de bambou et de rotin les plus abondantes au monde.»

La FAO et l’INBAR coopèrent depuis les années 90, pour appuyer la collecte de données sur les forêts de bambou pour les évaluations des ressources forestières de la FAO en 2005 et 2010, et pour améliorer le système Comtrade de l’ONU pour la classification et le suivi du commerce international des produits en bambou et en rotin. La Professeur Jiang a déclaré que la FAO et l’INBAR partagent un engagement similaire en ce qui concerne la réalisation des objectifs des Nations Unies en matière de développement durable et des objectifs mondiaux forestiers. «La FAO a apporté une contribution importante à la sécurité alimentaire. Parallèlement, l’INBAR, en tant que la seule organisation intergouvernementale engagée à promouvoir le développement durable des ressources en bambou et en rotin, a une mission qui est en grande partie conforme à celle de la FAO.»

Dans ses remarques de clôture, Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, a informé les délégués qu’un groupe de travail de 30 personnes avait déjà été créé et que des efforts ont été faits pour mettre en œuvre un plan de travail jusqu’en 2022, qui comprenait des propositions conjointes pour la mobilisation des ressources, mise en œuvre coordonnée de projets, développement de produits de connaissance et échange de données et d’informations. «Le travail commence maintenant.»

Pour clôturer la cérémonie de signature, M. Mchumo, Directeur de l’INBAR, a remercié le personnel des deux organisations pour leur travail acharné dans l’élaboration du Mémorandum et du plan de travail, et a salué «l’engagement de la FAO en faveur de l’utilisation du bambou et du rotin pour le développement durable… J’espère que nous partirons de cet événement étant réaffirmé aujourd’hui de notre engagement en faveur des solutions renouvelables et fondées sur la nature pour le développement durable.

La FAO est une institution spécialisée du système des Nations Unies, qui a été créée en 1945 pour améliorer le niveau nutritionnel et le niveau de vie dans ses États membres. INBAR, créée en 1997, est une organisation intergouvernementale qui promeut le développement écologique durable en utilisant le bambou et le rotin. Il est actuellement composé de 47 États membres, dont la plupart sont des pays producteurs de bambou et de rotin des régions tropicales et subtropicales.

L’équipe INBAR retient le mémorandum signé.

Pour lire le communiqué de presse de la FAO sur le Mémorandum d’accord FAO-INBAR, lisez ici.

Pour en apprendre davantage sur l’importance du bambou et du rotin pour la création d’emplois ruraux, la conservation de la biodiversité, le reboisement et plus encore ici.