Inbar
News ODD 12 : Établir
des modes de consommation
et de production durables

Global
Programmes

ODD 12 : Établir
des modes de consommation
et de production durables

Le bambou et le rotin peuvent contribuer à la réalisation de l’Objectif de développement durable n ° 12, qui vise à utiliser efficacement les ressources.

L’Objectif de développement durable n ° 12 s’applique à ce que le monde « fasse plus avec moins », soit réduise l’utilisation non durable des ressources pouvant entraîner déforestation et pollution. Le bambou est une excellente ressource renouvelable et est souvent utilisé comme alternative au bois – avec l’avantage d’une croissance rapide. Bien que du point de vue de la taxonomie, le bambou soit une «herbe», certaines espèces poussent de plus d’un mètre par jour et deviennent rapidement matures, soit épaisses et semblables à du bois en quelques années seulement.

Selon une étude de l’INBAR, en plus d’être renouvelables, les produits en bambou peuvent également avoir une empreinte carbone faible, voire négative, tout au long de leur cycle de vie. Le bambou et le rotin sont également très polyvalents : ces plantes ont des milliers d’utilisations documentées et peuvent remplacer des matériaux fortement émetteurs de carbone, tels que le PVC, l’acier et le béton. Elles réduisent  également la pression sur les ressources en bois forestier. Le bambou et le rotin peuvent de plus en plus fournir des produits extrêmement utiles pour les infrastructures publiques, notamment des conduits et des tuyauteries, des logements et les lieux de stockage.

L’INBAR fonctionne de différentes manières pour superviser, faire connaître et normaliser le commerce des produits en bambou et en rotin :

  • SURVEILLANCE DU COMMERCE

Le commerce des produits en bambou et en rotin emploie des millions de personnes dans le monde et forme une industrie évaluée à environ 60 milliards USD par an. Les travaux de développement du commerce de l’INBAR sont axés sur :

  • la transmission de données sur le commerce dans les secteurs du bambou et du rotin et l’analyse des tendances;
  • l’apport de conseils en matière de politique fondés sur des données commerciales et sur l’évolution des politiques d’importation;
  • le soutien à l’innovation technologique en matière de produits et l’élargissement de leurs applications
  • le développement et test in situ de chaînes de valeur innovantes pour le bambou et le rotin en vue de leur reproduction, adoption et adaptation.

L’INBAR est l’organisme international des produits de base pour le bambou et le rotin qui relève du Fonds commun pour les produits de base. Il gère une base de données régulièrement mise à jour sur le commerce du bambou et du rotin. La base de données contient des données sur les importations et les exportations répertoriées par produit et par pays partenaire, telles que communiquées par les autorités statistiques de près de 200 pays ou régions.

  • ÉTABLIR DES NORMES

L’élaboration et la surveillance des normes pour les produits en bambou et en rotin – afin de garantir leur sécurité, leur fiabilité et une qualité constante – rehaussent la confiance des consommateurs et des fournisseurs en ces produits. En retour, cela augmente la valeur marchande de ces plantes et aide à créer des chaînes de valeur sur les marchés internationaux.

  • CODES

La surveillance du commerce des produits en bambou est également essentielle pour soutenir et développer l’industrie. L’INBAR s’emploie depuis 2002 à identifier le bambou et le rotin dans le système de codage SH, avec beaucoup de succès. En 2017, 10 nouveaux codes SH pour les produits en bambou et en rotin ont été introduits dans le système. Au total, 24 types de produits en bambou et en rotin ont désormais des codes et une nomenclature SH individuels, et peuvent désormais être classés et enregistrés par les agents des douanes lorsqu’ils sont échangés entre pays. Ce n’est pas une mince affaire. Nous espérons que ces nouveaux codes SH amélioreront considérablement la qualité des données sur le commerce mondial du bambou et du rotin et reflèteront avec plus de précision son état général. Plus important encore, ils renforceront la reconnaissance des produits de bambou et de rotin sur le marché international, ce qui permettra aux pays en développement de suivre, d’évaluer et de stimuler ces marchés