Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Bambou et rotin de Chine : Le bon filon

17 Fév. 2022

Ceci est une transcription de l’article « Rotin et bambou de Chine : Le bon filon » du site Cameroon Tribune.

Le ministre des Relations extérieures Lejeune Mbella Mbella et le directeur régional Afrique centrale de l’Organisation internationale, René Kaam se sont entretenus jeudi dernier, en vue de booster la filière.

Le bambou et le rotin sont une bonne niche d’opportunités économiques à exploiter et à rentabiliser. Et le Cameroun en est conscient. D’ailleurs, lors de la session parlementaire de novembre 2021, le président de la République, Paul Biya avait reçu le quitus d’adhérer à l’accord créant le Réseau international du bambou et du rotin (INBAR) créé à Beijing en Chine en 1997. Dans la perspective de la mise en œuvre effective visant à rentabiliser cette adhésion, le directeur régional Afrique centrale de cette organisation internationale, a rencontré le ministre des Relations extérieures (MINREX) jeudi 10 février dernier. Pendant plus d’une heure, Lejeune Mbella Mbella et René Kaam ont passé au scanner, le niveau de collaboration mise en place par le Cameroun et cet organisme. L’objectif étant d’y donner un coup d’accélérateur. Avec le ministre, « nous avons passé en revue l’état de la collaboration entre l’organisation que je représente et le gouvernement du Cameroun. Au vu de sa position en Afrique centrale, le Cameroun jouit d’un avantage considérable. Nous pensons que cette approche conjointe sera gagnante-gagnante », a-t-il confié au sortir de l’audience.

Le Cameroun n’est pas que membre d’INBAR. En plus d’être président du Conseil des ministres du Réseau, le pays vient de faire son entrée au Conseil d’administration. Il est également à noter que le bureau Afrique centrale de cette Organisation se trouve à Yaoundé. Autant de facteurs qui traduisent la disponibilité et la volonté du Cameroun à œuvrer pour la bonne marche de l’organisation. Raison pour laquelle, René Kaam n’a pas loupé l’occasion d’exprimer sa gratitude au gouvernement. « Nous avons eu un soutien multiforme du gouvernement, non seulement dans notre installation, mais aussi dans la mise en œuvre des activités au Cameroun et dans la sous-région. Pour cela, nous remercions le gouvernement du Cameroun pour son appui », a –t-il conclu. Il ne reste plus qu’à intensifier la collaboration entre le Cameroun et l’INBAR.