Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Pourquoi le Bambou est une Solution Climatique Impressionnante

10 mars. 2022

Il est disponible, évolutif et basé sur la nature. La BBC l’a présenté par comme l’un des 39 moyens clés de « sauver la planète », et l’organisation à but non lucratif Project Drawdown l’a présenté comme une solution climatique clé.

Pourquoi le bambou attire-t-il de plus en plus l’attention en tant que solution au changement climatique, et comment les pays peuvent-ils faire plus avec cette humble plante herbacée ?

#1. Le bambou est un puits de carbone étonnamment très efficace

Il y a 35 millions d’hectares de bambous dans le monde – probablement plus. Des pays comme la Chine ont déjà intégré le bambou dans leurs marchés du carbone, et les États membres de l’INBAR se sont engagés à restaurer plus de 5 millions d’hectares de terres avec du bambou.

En effet, le bambou pousse très vite – une espèce a poussé jusqu’à 91 cm par jour à son rythme le plus rapide – et repousse après la récolte, sans qu’il soit nécessaire de replanter. Contrairement au bois, Il ne faut que quelques années pour que le bambou atteigne sa maturité. Cela signifie qu’au fil du temps, le bambou peut être récolté plusieurs fois et stocker une quantité surprenante de carbone dans un grand nombre de produits durables, des tasses aux matériaux de construction.

Les recherches de l’INBAR ont montré qu’après 30 ans, le bambou peut stocker ou réduire 401 tonnes de carbone par hectare (tC/ha) : c’est plus de carbone que certaines espèces d’arbres (Les arbres de feu chinois ne stockent et ne réduisent que 236,7 tC/ha au cours de la même période).

Un moyen simple d’améliorer le potentiel de stockage du carbone des forêts de bambous existantes consiste à améliorer leur gestion. En 2021, l’INBAR a publié un document d’orientation sur la manière dont les décideurs politiques peuvent obtenir des financements pour le stockage du carbone dans leurs projets de forêt de bambou, et un manuel aidant les travailleurs forestiers à déterminer le potentiel de stockage du carbone de leurs plantations de bambou.

#2. Les entreprises utilisent de plus en plus le bambou pour remplacer tout, du plastique jetable au PVC et à l’acier

Gobelets, intérieurs de voitures, pailles, planches à roulettes, revêtements de sol, meubles, même les lames d’éoliennes et tuyaux de drainage… Au cours des dernières décennies, les technologies de transformation du bambou se sont considérablement améliorées, permettant de remplacer le bois, l’acier, et les plastiques par du bambou. En raison des restrictions ou des coûts d’importation Un certain nombre d’entreprises se sont naturellement tournées vers l’utilisation du bambou au lieu d’autres matériaux.

C’est une bonne nouvelle pour le climat, car les produits durables en bambou ont presque toujours une empreinte carbone et un coût écologique inférieurs à ceux des autres matériaux.

Chaque année, de plus en plus d’entreprises et d’organisations décident d’expérimenter le bambou. Le Financial Times et The Economist ont tous les deux fait état de nouvelles fibres passionnantes qui révolutionnent notre perception du bambou : des tuyaux de drainage pluvial au fuselage des wagons de train.

#3. Une énergie biosourcée

Partout dans le monde, des centaines de millions de personnes dépendent encore du bois, souvent récolté illégalement, comme source de combustible pour la cuisine. Les briquettes de bambou offrent une alternative plus durable, souvent moins chère, et peuvent fournir une source de revenus aux ménages. INBAR travaille avec un certain nombre d’entreprises dans les pays africains qui vendent des briquettes de bambou.

Le bambou peut également être transformé en boules pour produire de l’électricité. Comme le bambou pousse sur des sols inclinés et dégradés, il n’a pas besoin de rivaliser avec l’agriculture sur les terres productives. Un certain nombre d’usines de bambou alimentent en énergie leurs processus de fabrication en utilisant uniquement du bambou rejeté de la fabrication de produits.

Si le bambou est si bon, pourquoi n’est-il pas partout ?

Des millions de personnes dans les zones rurales du monde dépendent déjà du bambou comme source de matériau, de revenu, de combustible, et de fourrage. C’est l’un des produits forestiers non ligneux les plus importants au monde. Cependant, les solutions basées sur la nature reçoivent rarement l’attention ou le financement dont elles ont besoin. En particulier, parce qu’il s’agit d’une herbe et non d’un arbre, le bambou est souvent négligé dans les discussions sur les « solutions basées sur la nature ». Les normes internationales, les techniques de gestion, et les bilans carbone pour les forêts et produits ligneux ne s’appliquent pas au bambou ; en outre, les lois internationales sur le commerce du bois peuvent avoir des effets en chaîne inattendus sur les importations de produits en bambou. C’est pourquoi des organisations comme l’INBAR font la promotion d’autres recherches pour comprendre le potentiel du bambou au changement climatique : de notre travail sur la construction en bambou à nos projets sur la fabrication de charbon de bambou dans nos États membres.

En savoir plus sur le bambou, inscrivez vous à notre bulletin trimestrielle.

Chaque année, l’INBAR forme des milliers de personnes à planter, gérer, et utiliser le bambou à diverses fins : à partir de la protection des berges jusqu’à la création de produits.