Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Organisation Internationale pour le Bambou et le Rotin

Gagnants du concours photo 2021

18 Sep 2021

Les gagnants du concours international de photographie INBAR ont été identifiés

Le Concours International de Photographie du Bambou et du Rotin INBAR 2021 a reçu plus de 130 candidatures de 28 pays à travers le monde.

Depuis près de 25 ans, INBAR œuvre à travers les continents, pour promouvoir l’utilisation de ces plantes fantastiques pour le développement durable. Qu’il s’agisse de la création d’emplois, de la prévention de la déforestation, du stockage du carbone ou de la mise en place d’infrastructures à faible émission de carbone, le potentiel du bambou et du rotin est énorme, en particulier dans les zones tropicales et subtropicales où ils poussent. La pandémie mondiale a exacerbé les problèmes existants dans différentes régions du monde, inversant les gains de croissance économique et montrant l’impact de l’exploitation de l’environnement et du changement climatique. Aujourd’hui plus que jamais, il est important d’utiliser des images marquantes pour promouvoir l’importance du bambou et du rotin pour le développement durable.

Un panel de photographes experts et d’experts en environnement a sélectionné les images qui reflètent le mieux les utilisations du bambou et du rotin pour le développement durable, en particulier les domaines clés de l’INBAR. Un grand merci à tous ceux qui ont participé : votre participation permettra à l’INBAR de continuer à promouvoir le bambou et le rotin pour le développement durable.

Gagnants

Première place – ‘With Brick’ (avec brique) par Enamul Kabir d’Inde

Cette photo de Kabir nous raconte l’histoire de cinq femmes qui utilisent une échelle en bambou pour transporter des briques d’argile. L’échelle facilite leur travail.

Deuxième place – ‘Learning From Mother’ (apprendre de la mère) par Ashiqur Rahman Sakib du Bangladesh

La photo de Sakib nous raconte l’histoire d’une famille d’artisans du bambou à Khulna, au Bangladesh.

« En raison de l’abondance du bambou au Bangladesh et de son prix bas, ils peuvent facilement acheter du bambou à bon marché. Ils fabriquent des produits de première nécessité avec du bambou, puis les vendent sur le marché local ; c’est leur seule source de revenus… Ils exercent ce métier depuis des générations. Les personnes âgées sont très expérimentées et les enfants apprennent en regardant leur travail assis à côté d’eux.

Troisième place – ‘Productive During the Pandemic’ (Productif pendant la pandémie) par Bastian AS d’Indonésie

Cette photo nous raconte l’histoire d’une travailleuse qui arrange des chaises en rotin avant le processus d’emballage dans son industrie domestique au milieu de la pandémie.

« Cirebon est un centre de production connu de l’industrie du rotin en Indonésie. L’Indonésie dispose d’importantes ressources en rotin et est considérée comme un matériau durable pour la protection de nos forêts…. En Indonésie, de nombreuses personnes dépendent de ce matériau, de l’amont à l’aval, ce qui profite aux agriculteurs, aux transformateurs, aux producteurs, aux commerçants et aux travailleurs pour leur subsistance. Ainsi, la prise de conscience pour le préserver, économiquement et écologiquement, et son habitat, est important.

Fortement recommandé

Les juges ont également loué les 10 candidatures.

« Route vers la durabilité » par Abhay Gandhe

« Quatrecycle » par Allan Castañeda

« La route du bambou » par Anthony Into

« Redonner à la nature » par Arnold Jumpay

« Le pont de bambou » par Mithail Afrige Chowdhury

« Maisons flottantes » par Aung Chan Thar

« Codage de couleurs » par Baliram Jadhav

« Retourner » par Yann Barnet

« L’Arc : Mains, Idées et Technologie » par Elora Hardy

« Pavillon du crépuscule » par Marc Henrich Go

N’oubliez pas de vous connecter avec nous sur les réseaux sociaux où vous pouvez voir vos photos publiées sur InstagramFacebookTwitterLinkedIn